Première croisière côtière en Bretagne Sud

Faites nous plaisir en racontant vos aventures en Sun Fast 20

Première croisière côtière en Bretagne Sud

Message non lupar caracolhome » 26 Août 2015, 13:39

Bonjour à tous.

Voici le récit de nos pérégrinations nautiques à partir du Golfe du Morbihan, lors du mois d’août 2015.

Etant relativement nouveau sur le forum, je reprécise notre situation. Nous sommes une famille de 4 : Titouan 11 ans, Estéban 8 ans, Nadège et Nicolas (on taira les âges pour ne froisser personne). Nous sommes en phase d’apprentissage nautique, ayant seul un peu d’expérience à travers une pratique du dériveur autodidacte et quelques navigations familiales en tant qu’équipier. Nous avons notre sunfast 20 depuis l’année dernière et n'avons navigué quasiment qu'à la journée, dans le Golfe ou en baie d’Hendaye. L’objectif de l’été était de poursuivre notre amarinage et de tester notre capacité à vivre sur le bateau en ayant une base arrière en cas de ras le bol. Nous avons toutefois une bonne expérience de la promiscuité familiale :D mis sur 4 roues!

Donc, après 9 heures de route au départ de notre Béarn, nous arrivons à Sarzeau sur la presqu’île de Rhuys. Presque que de l’autoroute, le trajet est une formalité. Le lendemain, nous profitons de la marée haute pour mater et mettre le Mona à l’eau au Lindin (http://www.capbreizh.com/cales/maritime/56/cales.htm). Le chenal est étroit et nous nous dépêchons afin d’avoir assez d’eau pour rejoindre le Golfe. Une fois en eau libre, nous ne résistons pas au plaisir de hisser les voiles et de tirer quelques bords avant de rejoindre notre mouillage, une bouée prêtée sur la pointe de Bernon.

Image

Ilur

Le lendemain, nous embarquons pour notre première nuit à bord, histoire de tester matériel et équipage. Nous choisissons l’île d’Ilur. Nous commençons par la plage nord pour une après-midi farniente.

Image

Puis en soirée, nous ciblons la plage W, peu pentue et en fond de sable, bien protégée des vents de NE prévus à la renverse pour la soirée. Nous prévoyons de « beacher » et nous mettons proche de la côte, une ancre à l’avant et une aussière à terre. La soirée est fraiche, le vent d’W mette du temps à virer et nous à trouver nos marque sur cet environnement mouvant! Nous nous caillons sur le pont en dinant. Finalement, les prévisions se révèlent justes et nous passons une bonne nuit, posés sur le sable. Nous sommes seuls mis à part deux quillards à l’ancre plus loin.

Image

La visite de l’île nous fait découvrir un charmant village abandonné et de belles vues sur le Golfe. Après une matinée à ranger l’intérieur (à 4, c’est vite le bazar), nous allons mouiller à l’île d’Arz. Une fois notre annexe gonflée, nous partons en visite … et retrouvons le Mona flottant dans 30 cm d’eau. Pas besoin d’annexe au retour mais heureusement que nous n’avons pas un quillard! Le retour se passe au moteur (le vent ayant oublié de se lever) à tracter les deux fauves dans l’annexe.

Image

Belle-Île

De retour à notre camp de base sur la terre ferme, des copains nous proposent de les accompagner le lendemain à Belle-Île. L’occasion est trop belle : ils sont expérimentés et possèdent un joli petit cata de 7 m, un naviplane 710.

Image

Rendez-vous est pris pour la marée descendante vers 10H, histoire de ne pas lutter pour sortir du Golfe. Nous les rejoignons à leur mouillage et entamons la navigation de concert. La sortie du Golfe remue un peu et les enfants ne sont pas rassurés, mais alors pas du tout ! Le GPS mesure un bon 10 nœuds avec le vent et le courant. Nous faisons un peu de près pour passer Méaban, puis abattons en direction de la Teignouse. Le vent est parfait (F3 au travers) mais une houle hachée rend la navigation inconfortable. Notre petit mousse ne se sent pas bien et nous fait un petit vomi, le premier de la semaine. Nous hésitons sur la conduite à tenir. Continuer ? Virer vers Hoaut (ça veut dire faire du près) ou vers Quiberon (les abords sont plutôt caillouteux d’après la carte). Vu qu’on a déjà fait la moitié du chemin, nous continuons. Une fois la Teignouse passée, une houle d’W s’installe bien plus confortable. Les sourires reviennent.

Image

Nous atteignons le port de Sauzon après 3,5 heures, contents. Nous mettons à l’ancre, pour attendre que le port se remplisse (il se vide totalement à marée basse), non sans avoir été sauvés par Alex et Sophie, notre moteur ayant eu un raté devant la digue (et devant tous les voiliers au mouillage – restons dignes !).

Image

Après avoir attendus la marée, nous profitons de notre tirant d’eau pour nous glisser parmi les premiers à l’abri. Nah ! Les copains nous aident pour notre premier embossage. Nous mettons le cata et le sunfast à couple, profitant ainsi d’un surcroit de stabilité !

Image

Nous partons visiter le village et nous régalons d’observer les « grands » voiliers entrer au port : Ovni, RM, Lagoon … Que du beau ! Et parfois conduits par des équipages ne semblant pas forcément plus marins que nous ! Nous devons être le plus petit voilier. La soirée se termine par un apéro sur le cata, ce dernier ayant une stabilité et une capacité d’accueil que nous n’avons pas :-)
Après une bonne nuit (nous posons la moitié de la nuit), nous passons la journée à nous promener et à pécher la palourde. Les copains repartent et nous restons seuls 3 nuits de plus, le tarif étant raisonnable (12 euros), pour visiter Belle-Île : rando jusqu’à la pointe des Poulain, stop jusqu’au Palais pour louer des scooters et visiter le sud de l’île. Bref, des vacances. Seul bémol, le temps est frais le soir et nous nous caillons un peu lors des repas sur le pont !

Image
Image
Image


Houat

Au bout de 4 nuits, nous repartons pour Houat avec idée d’aller beacher au vieux port. La météo annonce des vents d’W calmes avec une houle du large de 2 m. Nous tentons le coup. Mauvaise idée. Le vent est faiblard (vent arrière) et la houle nous prend par l’arrière. Comme un hochet ! Je tire des bords au grand largue pour trouver une allure confortable et peste contre ce foc qui ne veut pas rester ni à tribord ni à bâbord. Cette fois, c’est notre grand garçon qui est malade (vomi n° :2). Nous nous trainons mais arrivons tout de même à doubler un magnifique 12 mètres en alu dont le skippeur nous salut d’un pouce levé. Sympa. Arrivée à l’Île aux Chevaux, je mets le moteur pour écourter notre supplice. Nous arrivons à marée descendante après 3,5 heures de nav et devons attendre le soir pour nous beacher au vieux port, seuls.

Image

Contraste avec la centaine de bateau au mouillage au large de la plage. Visite de Houat, jeux de plage etc. Le pied.

Image

Image

Image

Mon frère nous rejoint le lendemain avec son semi-rigide. Nous le chargeons de ramener les enfants dans le Golfe, histoire de ne pas les dégouter. Dommage en fin de compte, la nav retour se fait par F2-3 au travers, sans houle, en 4 heures. Une partie de plaisir ! Après 6 jours nous sommes contents de retrouver un vrai lit, qui ne bouge pas, et une couette ! Le confort du sunfast montre là ses limites.

Hoëdic

La semaine suivante est dédiée au stage de voile des enfants et à une petite virée dans le Golfe pour assister à une régate de guépards. Puis, nous repartons, toujours à 2 bateaux, pour Hoëdic. Là encore, la météo est clémente et un petit vent de 10 nœuds nous pousse bien. Nous avons quand même confiés les enfants à Alex et Sophie. Ces derniers nous suivent avec leur cata et nous envoient une photo, tous à table, en train de manger une galette saucisse, alors que nous nous faisons remuer sur le sunfast !

Image

Arrivés au port (8 euros la nuit), nous découvrons le nouvel embossage du port de l’Argol, et également qu’il n’est pas au point. En effet, les bouées dont trop proches et se touchent presque lorsqu’on les met bout à bout. Cela donne un bateau qui tire d’un coté puis de l’autre au gré des vagues. D’après le préposé du port, elles viennent d’être installées et sont en phase de réglage. C’est le 15 août et nous assistons à la sortie d’une statue de Marie en mer, puis à la bénédiction et au baptême des bateaux neufs.

Image

Le soir, c’est la fête sur l’île et nous profitons d’un concert, d’un feu d’artifice, et d’un coup à boire dans un bar. Sympa. Malheureusement, durant la nuit, le vent se met au NE et donne directement dans le port, poussant ainso une houle fort désagréable. Nous nous levons en pleine nuit pour essayer de trouver un meilleur amarrage, le Mona jouant aux montagnes russes. A l’intérieur, c’est machine à laver ! Nous nous mettons à couple du cata, ce qui nous stabilise un peu. Les voiliers au mouillage en étoile sautent dans tous les sens ! Salade de mats. Le copain, en constatant cela, laisse tomber : « tu vois l’intérêt d’un faible tirant d’eau »… Au réveil, le bateau est presque échoué ce qui permet de sauter à terre et d’aller chercher des chocolatines à la boulangerie de l’île.

Image
Image
Image
Image

Hoëdic nous plait beaucoup, ayant garder un charme certain. Nous faisons un petit tour de l’île dans la foulée.

ImageImage

La seconde nuit est à peine meilleure que la première, le vent passant toujours au NE la nuit, mais moins fort. Le lendemain, un franc soleil est de retour et nous décidons d’en profiter avant de rentrer, la marée montante pour entrer dans le Golfe n’étant qu’en fin d’après-midi. Nous partons sur le coup des 15h30 avec un vent de NW dans le nez. C’est prés serré tout le long avec un ris dans la grand voile. Les enfants sont sages et se laissent remuer. Personne n’est malade ce coup-ci, Estéban restant stoïque même lorsque le Mona gîte trop. Son frère est concentré sur la traine qu’il a jetée. Malheureusement, en la remontant il nous fera une salade de fil indémêlable. Fini la traine ! La houle se lève et nous enfournons plusieurs fois. Arrivés au large de port Navalo, le vent a forci (13 nœuds, rafale à 17). Ma 2ieme prise de ris n’est pas installée, nous choisissons donc de poursuivre en lâchant de la grand voile. Le bateau devient plus dur à tenir. Alors que je mets le moteur en route, une rafale couche presque le bateau devant Port Navalo. Le flanc bord est dans l’eau. Titouan qui est sous le vent se rattrape à l’écoute de grand voile, accentuant la gîte. Je suis obligé de le repousser brusquement pour libérer l’écoute et redresser le bateau. Chaud, chaud. Ambiance à bord. Ca gueule. L’équipage est proche de la mutinerie ! Le moteur nous permet ensuite de rentrer dans le Golfe où les conditions sont plus calmes. On a frisé la correctionnelle, mais le bateau n’a pas semblé non plus vouloir aller plus profond sur le coté. Rassurant en fait.

Bilan

Le lendemain, il ne nous reste plus qu’à se préparer au retour. Nous retournons au Lindin mettre le bateau sur le remorque. Le démâtage prend pas loin de 2 heures à deux. On n’a pas réussi à aller plus vite. Le Mona sanglé, nous prenons la route du sud pour rentrer chez nous, des images plein la tête.
Après ces 10 jours passés à bord, nous pouvons dresser un premier bilan. Tout d’abord, la centaine de miles parcourue nous ont permis de nous aguerrir. Nous avons eu la chance d’avoir un bateau copain avec nous sur certaines parties et donc de bénéficier des conseils d’un marin expérimenté. Concernant le bateau, je commence à mieux le cerner et à voir ses limites mais aussi ses capacités dans le petit temps. 10 nœuds semblent une vitesse idéale de vent. Le coté dériveur nous a été particulièrement utile puisque nous nous sommes posés toutes les nuits à bord, que ce soit au port ou au mouillage ! LE gros point négatif est l’espace de vie à bord à 4 personnes. Tant qu’il fait beau et que le pont reste une pièce de vie en plus, tout va bien. Lorsqu’il fait froid ou que le vent est trop fort (dans le port de Sauzon avec du sud par exemple), c’est vraiment très petit ! Enfin, le plan d’eau que constitue le Golfe et la baie de Quiberon est vraiment super avec la variété des paysages du Golfe et le calme relatif qui y règne, mais aussi avec ces 3 superbes îles ayant chacune sa personnalité. Un goût de reviens-y :-) mais après avoir installé ma deuxième prise de ris…
Dernière édition par caracolhome le 13 Octobre 2016, 17:36, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
caracolhome
 
Messages: 23
Inscription: 29 Juin 2014, 09:28

Re: Première croisière côtière en Bretagne Sud

Message non lupar hook » 27 Août 2015, 22:08

Merci pour ce récit vivant de tes bordées réussies dans cette zone de navigation pas toujours confortable pour un petit bateau, mais superbe et variée. Quels souvenirs et expérience pour les enfants.
Tes impressions rejoignent celles de ce forum sur le sf 20 .A vrai dire tous les voiliers de 6 mètres sont justes à 4 ;il y a bien 4 couchettes mais faut être jeune sans trop soucis de confort autre que dormir ou s'abriter du vent au mouillage.
Bateau bon marcheur mais pas trop marin, mais ceux là sont moins polyvalents.
Agrément du cockpit ça tombe bien il est très grand et avec la jupe c'est un plus.
Maxi plaisir avec un mini bateau dériveur intégral passe partout, à nous les petites plages mouchoir de poche.
bravo pour les photos. Amicalement.
hook
 
Messages: 39
Inscription: 10 Septembre 2013, 21:08

Re: Première croisière côtière en Bretagne Sud

Message non lupar Jean-David » 28 Août 2015, 11:48

Passant mes congés d'aout au même endroit que toi j'ai fait le même type de navigation ... Un régal.
Pour l'été prochain tiens moi au courant de ton passage dans le golfe nous pourrons naviguer de concert.
Cet année j'ai fait un petit salut à SAïrra ,sunfast20 lui aussi, devant le Logeo.
Mon mouillage est sur l'Ile aux moines pointe de Pen Hap en face de Brannec.

Edit: J'aime bien passer par la pointe de l'ours et celle de Bernon pour couper entre Iluric et l'Ile aux œufs.La prochaine fois je serai plus attentif aux bateaux au mouillage sur ce site.
Jean-David
 
Messages: 73
Inscription: 09 Septembre 2009, 12:00

Re: Première croisière côtière en Bretagne Sud

Message non lupar Lagoon » 28 Août 2015, 20:48

Salut Nicolas, bonsoir à tous.

Vraiment bravo pour cette escapade en famille dont je suis sûr, toi, ta femme et tes enfants se rappellerons toute leur vie.
Merci aussi pour le temps passé pour ton post qui nous amène beaucoup de plaisir autant par les photos que par le récit.

Nous nous prenons tous à imaginer un jour ou l'autre tracer la route sur notre petit bateau. Il faut garder à l'esprit qu'il a été conçu avec son cockpit géant comme un day-boat. Je pense que le bon terme pour un projet de mini-croisière sur notre voilier, plutôt que "croisière" pourrait être "un raid", avec tout l'inconfort que l'on assume alors.

Pourquoi pas effectivement un raid de quelques jours si la forme le permet ?

En tout cas il y a souvent un delta entre ce que l'on à envie de faire et ce que l'on fait, et là Alain, bravo encore pour le courage de t'être lancé dans cette aventure.

A très bientôt et au plaisir de te lire.

Christophe
Avatar de l’utilisateur
Lagoon
 
Messages: 409
Inscription: 17 Mai 2009, 09:49

Re: Première croisière côtière en Bretagne Sud

Message non lupar alamoni » 29 Août 2015, 09:40

Bravo BRAVO BRAAAAAAVO !!!!
c'est super, comme quoi avec un petit bateau on peut "faire" des choses: bien sur ce n'est pas le confort mais il faut savoir choisir son programme.
je suis heureux de voir et de lire ce "reportage" vraiment bien fait car j'ai réalisé exactement le même parcours il y a quelque années (j'étais au Crouesty).
Le vent génial est pas plus de F3.
Mais ça peut-être une excellent idée de se grouper pour une ballade commune.
Moi c'est mon tour bientot en septembre ; fera t-il assez beau !?!?
BRAVO ENCORE !!!
Avatar de l’utilisateur
alamoni
 
Messages: 78
Inscription: 02 Juillet 2009, 15:09

Re: Première croisière côtière en Bretagne Sud

Message non lupar caracolhome » 31 Août 2015, 08:40

Merci pour vos commentaires.

Hook, ce n'était pas "une petite plage mouchoir de poche", mais le mouillage à Houat seul derrière la cale effondrée du vieux port avait vraiment de la saveur ;-)
Jean-David, ça sera avec plaisir! Je posterai sur le forum lorsqu'on remontera jusque sur le Golfe. Je pense avoir vu Saïrra au mouillage dans le chenal du Lindin.
Christophe, oui l'appellation est un rien usurpée. Question confort, le sunfast me fait penser aux vans VW. A la différence, que dans un van, tu peux virer les enfants dehors pour avoir de la place ;-)
Alain, vu la météo actuelle, tu devrais pouvoir naviguer peinard en septembre :-) Pourquoi pas un rassemblement?

Pour revenir sur l'aspect mini-croisière, au bout de 5-6 nuits on était à notre maximum (avec pourtant 4 nuits au port - embossage, pas ponton). Je pense qu'on doit pouvoir rallonger en s'octroyant des nuits au ponton (surtout pour les enfants) de temps en temps. Je crois que le plus dur a été de demander aux enfants de ne pas trop bouger à bord ;-) Ceci dit, pour un mois d'aout en Bretagne sud, on s'est caillé (du coup les baignades n'étaient pas nombreuses). L'année dernière on naviguait principalement en tee-shirt. Cette année, on avait souvent une polaire et les goretex le soir... Peut-être qu'avec plus de chaleur, on aurait mieux géré.

Question navigation, les traversées pour rejoindre les îles hors du Golfe ont été pénibles pour les enfants. Ce n'est pas le but recherché. Peut-être que le cabotage itinérant est plus confortable? A voir l'année prochaine.

Bonne journée à tous
Avatar de l’utilisateur
caracolhome
 
Messages: 23
Inscription: 29 Juin 2014, 09:28


Retourner vers Navigations en Sun Fast 20

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron