Page 1 sur 1

Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 03 Juillet 2009, 17:56
par Lagoon
Bonjour,

Je vous propose de lister ici les défauts que vous trouvez au SF20 et éventuellement comment vous y avez remédié.

Je sais que cela va être difficlile car les défauts de ce voilier ne sont pas nombreux.

Pour lancer le sujet :

Petitesse de la cabine
- Evidamment, c'est un 20 pieds de 6.1m et le parti pris du day-boat amène à privilégier le cockpit qui sur ce bateau est hors normes.

Pas de baille à mouillage sur les modèles avant 1998
- J'en ai une, mais vu le faible poids de l'ancre nécessaire, je pense qu'un saut dans la cabine avec le mouillage peut se déplacer facilement le moment venu.

Heuuuu ??? je n'en vois pas d'autre...

Christophe.

Re: Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 09 Août 2009, 09:58
par Dominique
Bonjour !

bon, puisque l'on parle des défauts - et pas des qualités dont le bateau ne manque pas - il faut en ajouter quelques-un :

- Contrepartie de sa légèreté, le Sun Fast 20 a une fâcheuse tendance à mettre le mat dans l'eau à force 4 (bon, j'exagère un peu, mais il faut un équipage sportif pour sortir déjà par 15 nœuds de vent). Avec un peu de vent, il devient très ardent et gitard, le safran sort de l'eau et ce n'est plus le barreur, mais le bateau qui décide. Une seule solution : réduire très vite, dès que le vent forcit. Heureusement, la prise de ris est très facile.

- Le système du panneau de descente est catastrophique. Il vaut toujours mieux l'enlever et le stocker sur le triangle avant, mais si on vient à remplir la cabine par mer un peu formée, la ré-installation est délicate à la gite.

- La liaison coque-pont (pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué) est assurée par de simples rivets, les même que l'on utilise pour les plaques d'immatriculation.

- Beaucoup de propriétaires ont eu de sérieux problèmes avec le lest. Sur mon bateau, le joint de lest est encore en bon état après 13 ans (j'hiverne au sec) mais l'assemblage a été fait un peu vite, et les boulons ne sont pas symétriques par rapport à l'axe du bateau : une des rondelles était sciée ...

- La dérive est fragile, source de problèmes après peu d'années - il faut donc faire très attention à ne pas toucher trop souvent. La baille à mouillage provoquait des entrées d'eau, il a fallu, dès 2000, refaire le système d'évacuation et l'étanchéité.

- En bref, la construction a obéi, avant tout, à la règle du moindre coût. Après 13 ans (1996), j'avoue que je suis surpris, compte tenu de sa légèreté, des faibles échantillonnages et d'une construction bâclée, de voir le navire encore apte à naviguer !!

Re: Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 09 Août 2009, 22:28
par Makila
Bonsoir à tous,
Juste quelques mots concernant les défauts du Sun-Fast 20....
Personnellement, j' ai la chance d'avoir un Sun-Fast 20 qui n'est pas " ardent", et qui même avec 15 noeuds de vent avec grand-voile sans ris, n'est jamais dur à la barre... Je reconnais, que bien des fois , pour une question de " confort"..., j' ai tendance moi aussi à prendre un ris, car j'ai constaté que avec un ris, on allait aussi vite, ou peut être même plus vite... , et on avait pas à se battre avec le bateau...
Pour la petite histoire, je vais vous raconter mes débuts en Sun-fast 20 : Le bateau était "mou" quand le chantier m ' a vendu " Makila", et j'ai découvert que le mât était un peu trop vertical, avec presque une tendance à pencher vers l'avant . J'ai refait moi-même les réglages, en inclinant légérement le mât vers l'arriere, et là j' ai obtenu un bateau qui n' était plus " mou", mais très légérement " ardent " ( je dis bien très légérement "ardent"....! ) . Donc à mon avis , un Sun-Fast 20 qui est trop ardent, et qui a un barre trop dure dés que le vent souffle un peu, doit certainement avoir un mauvais réglage de mât ? Peut-être un peu trop incliné vers l' arriere ? J' ai ldes souvenirs que sur mes premiers voiliers, il m 'arrivait lors d 'une bonne risée, d 'être obligé de tenir la barre à deux mains , et en tirant fort dessus, et ça, je n' ai pas ce problème avec mon Sun-Fast 20...
Je me suis amusé une ou deux fois , des jours de brise, à forcer un peu le bateau à giter au maximum pour voir un peu jusqu' ou il allait aller ....! Eh bien, jamais , je n' ai couché le bateau...! Il s'arrête de lui même à un certain niveau de gîte, et pour moi , difficile de mettre le liston dans l' eau....!
Et comme je dis souvent quand je parle du Sun-Fast 20 à tous mes amis du club de voile dont je fais partie, le Sun-Fast 20 est super, car il pardonne facilement de lui-même toutes les bêtises que l' on peut être amené à faire par mégarde.... Avec "Makila", mon SF20, je n 'ai pour l'intant pas réussi à faire un départ au lof..., alors que cela m'est arrivé plusieurs fois ( même sans spi...), avec mes deux précédents bateaux, un Edel 5 et un Kelt 6m20 .
Bon vent à tous ceux qui naviguent en ce moment....!

Manu .

Re: Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 11 Août 2009, 19:24
par Dominique
Merci de ces très intéressantes précisions. Par rapport aux petits camarades, j'ai effectivement le mat un peu trop incliné vers l'arrière. Pas beaucoup (2 ° ?), mais j'ai conservé le réglage d'origine, et je vais remédier à cela. Mais ça ne calmera pas les ardeurs de mon Sun Fast dès qu'il y a un peu de vent : ardent ou pas, il gitera très vite et très fort.
J'ai déjà embarqué, par deux fois, de gros paquets d'eau sous le vent dans des risées. Immédiatement évacués, sans danger, mais tout de même ...

Re: Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 12 Août 2009, 18:33
par paul passant
des remarques toujours intéréssantes.
En ce qui concerne m'a petite expérience du sun fast en eau douce, je n'ai pas remarqué un tel défaut ( trop gitard ) ce bateau est léger mais méme en régate avec pas mal de toile je n'ai jamais gité d'une façon trop importante. Il prend rapidement un certain degrés de gite mais une fois calé il semble assez stable. Bien sur il faut garder en main l'écoute de l' IMMENSE grand voile par sécurité !. Sur le site de thierry il y a un chapirte assez interessant sur le couple de redressement. Par contre mes voiles d'origines un peu trop creuse ont tendances a augmenter l'effet gite avant de lancer le bateau et je vais donc racheter un jeu de voile plus performant. Pour le reste beaucoup plus de qualité que de defauts. Le toit du rouf est particulier mais solide ( on peu monter dessus ) et le seul reproche serait peu etre une surface de foc trop petite mais obligatoir pour le systeme autovireur qui est lui un régal en solo.
Je n'ai pas noté de fragilité de safran ou de dérive mais j'évite de raser trop prés les cailloux.
Par rapport au sun 2000 plus récent et plus lourd, j'ai été étonné en allant sur leur site des modifications de safran qui lui semble trés fragile et des problémes de jonction coque lest !
en fait à part le foc un peu petit et l'absence de coffres de cokpit je ne vois pas d'autre soucis. J'ai une bail à mouillage qui a bien évidement amené de l'eau dans la coque par forte pluie mais pour le moment ce soucis est résolu ( je croise les doigts )
Bonne navigation à tous

Re: Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 28 Août 2009, 22:04
par Lagoon
Dominique a écrit:Bonjour !

bon, puisque l'on parle des défauts - et pas des qualités dont le bateau ne manque pas - il faut en ajouter quelques-un :

- Contrepartie de sa légèreté, le Sun Fast 20 a une fâcheuse tendance à mettre le mat dans l'eau à force 4 (bon, j'exagère un peu, mais il faut un équipage sportif pour sortir déjà par 15 nœuds de vent). Avec un peu de vent, il devient très ardent et gitard, le safran sort de l'eau et ce n'est plus le barreur, mais le bateau qui décide. Une seule solution : réduire très vite, dès que le vent forcit. Heureusement, la prise de ris est très facile.

- Le système du panneau de descente est catastrophique. Il vaut toujours mieux l'enlever et le stocker sur le triangle avant, mais si on vient à remplir la cabine par mer un peu formée, la ré-installation est délicate à la gite.

- La liaison coque-pont (pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué) est assurée par de simples rivets, les même que l'on utilise pour les plaques d'immatriculation.

- Beaucoup de propriétaires ont eu de sérieux problèmes avec le lest. Sur mon bateau, le joint de lest est encore en bon état après 13 ans (j'hiverne au sec) mais l'assemblage a été fait un peu vite, et les boulons ne sont pas symétriques par rapport à l'axe du bateau : une des rondelles était sciée ...

- La dérive est fragile, source de problèmes après peu d'années - il faut donc faire très attention à ne pas toucher trop souvent. La baille à mouillage provoquait des entrées d'eau, il a fallu, dès 2000, refaire le système d'évacuation et l'étanchéité.

- En bref, la construction a obéi, avant tout, à la règle du moindre coût. Après 13 ans (1996), j'avoue que je suis surpris, compte tenu de sa légèreté, des faibles échantillonnages et d'une construction bâclée, de voir le navire encore apte à naviguer !!



Merci Dominique pour ton message.

Il met en relief le fait que malgré tout tes efforts, et ton expérience de ce bateau, rien de dramatique n'apparait.

Le lest de 280kg pour un bateau de 780kg (déjà pas mal) est effectivement un parti pris qui permet un certain confort mais sûrement pas d'oublier de prendre des ris.

- Le système du panneau de descente est on ne peut plus simple. En place ou complètement sortie et rangé dans la cabine. Cela évite sûrement les problèmes de glissière mais effectivement demande de se déplacer dans la cabine et de le mettre en place si nécessaire en mer (environ 60s),

- La liaison coque-pont est assurée par de simples rivets, les même que l'on utilise pour assembler les éléments de la tour eiffel.

- Le choix du lest rapporté sous la coque mais profilé dans la forme de coque est très astucieux et permet d'éviter les désagréments d'un saumon (tirant d'eau) tous en gardant ses avantages (possibilité de se poser dessus sans abîmer la coque).
Le seul désagrément que je constate est le fait que le joint périférique du lest peut se fissurer et l'eau pénètre entre le lest et la coque, ce qui oxyde sûrement le lest. Mais finalement quelle est le risque ? un lest qui au bout de 20 ou 30ans est à changer ? cela laisse le temps d'y réflaichir, et comme il est à l'extérieur...

- La dérive est pivotante et seul son poids la fait descendre, si bien que le moindre choc la fait relever. Son fonctionnement est si simple (un axe) qu'aucun problème mécanique (à part rupture du bout de relevage remplaçable en 10mm) ne peut arriver. Evidament, si on percute un caillou à 6 noeuds ou plus avec du courant, il risque falloir la changer.

Il me semble que grace aux techniques de construction modernes employées, légèreté, faibles échantillonnages, et avec le souci de proposer un bateau au moindre coût, le chantier a su proposer un bateau qui 13 ans après et encore parfaitement apte à naviguer.

Je constate néanmoins au fil de mes navigations, comme toi des défauts, mais heuseusement rien de drammatique, par exemple un gros jeu non réglable dans la ferrure de safran.

Christophe.

Re: Défauts du Sun Fast 20 vis à vis d'autres voiliers

Message non luPosté: 29 Août 2009, 20:02
par Absalon
Bonjour,

Dans les défauts du SF 20 j’ai été fortement étonné d’apprendre que la liaison coque pont était seulement assurée par de simples rivets.
Inconscience du fabricant Jeanneau ou bien utilisation de rivets très haute résistance ?
Ni l’un ni l’autre.
En fait la liaison entre ces deux parties est assurée de manière très classique : résine et tissu de verre. Les rivets ne sont là que pour assurer la rétention du liston.
Une pensée pour le stratifieur qui a dû effectuer ce travail au niveau des couchettes cercueils.
Dominique, tu peux naviguer sans crainte et pour de nombreux miles.

A bientôt.

Absalon

ImageImage